TONIOMIC.info
Accueil du site > Utopies qui se réalisent > Profil bas ? > « Reclaim the Clowns » : sus au militantisme triste ! Par Lémi

« Reclaim the Clowns » : sus au militantisme triste ! Par Lémi

article11.info, 18/05/2009

mardi 19 mai 2009

Marre des grises réunions syndicales et du militantisme tristounet, de l’austérité made in PC, de cette extrême-gauche qui se croit supérieur parce qu’elle fait don de sa Vie à la lutte ? Vous n’êtes pas les seuls. Depuis quelques années, une nouvelle génération militante monte au créneau : des clowns, des saboteurs de 4/4, des barbouilleurs de pub, des monteurs de canulars… Revue de détails.

Militer, quoi de plus chiant ? Une hiérarchie (syndicale ou partisane) qui vous met toujours des bâtons dans les roues, des consignes absurdes, des réunions soporifiques etc, pas vraiment excitant. Idéal quand on a 50 ans et un profil de fonctionnaire grisonnant, un peu moins quand on est jeune et que les cotisations retraite ne sont pas encore au centre des préoccupations. Depuis Mai 68, le jeune s’ennuyait remisé dans les poubelles de l’histoire. La moindre velléité de rébellion était directement condamnée par de vieux barbons sermonnant : « A quoi bon ? On l’a déjà fait. En mieux. »

Et puis, Outre-Manche, quelques excités pleins d’imagination ont commencé à remettre ça en cause. Avec cette idée que les vieux cadres protestataires ne demandaient qu’à être explosés. Et qu’il fallait insuffler de la vie et de l’imagination là-dedans. Mêlant Dada, les Situs, les Diggers et leur Guerilla Theater, ils se sont lancés, ressuscitant l’agit-prop en l’affublant d’un nez rouge.

Les premiers clowns militants datent de 2003, année de fondation de l’Armée Clandestine des Clowns Insurgés et Rebelles (CIRCA). Ils sont nés en Angleterre, manifestant contre la guerre en Irak. Proches de mouvements altermondialistes, ils ont dès le début brillé par leur imagination. Dans No Logo, Naomi Klein raconte ainsi un de leurs coups d’éclats, le jour où 10 000 militants investirent la M41, autoroute londonienne à 6 voies : « Deux personnes arborant des costumes de carnaval sophistiqués avaient pris place à 10 mètres au-dessus de la route, perchées sur des échafaudages recouverts d’immense jupes à cerceaux. La police, qui regardait sans intervenir, ignorait complètement que, sous les jupes, se trouvaient des guérilleros jardiniers équipés de marteaux piqueurs et creusant des trous dans la chaussée pour planter des jeunes arbres dans l’asphalte. »

Le but des clowns ? Tourner en dérision le pouvoir, lui opposer leur imagination et leur vie plutôt que des barres de fer. John Jordan, alias colonel Klepto, un des fondateurs du Circa le résumait ainsi (dans ce très bon article traduit chez vacarme.), dans un esprit très proche du sieur Noël Godin et de ses attentats pâtissiers : « Rien ne mine davantage l’autorité que de la tourner en ridicule. »

Lire la suite :

Voir en ligne : article11.info, 18/05/2009

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0