TONIOMIC.info
Accueil du site > Utopies qui se réalisent > A. Généralités > Introduction à Walden ou la vie dans les bois. Par Louis Fabulet

Introduction à Walden ou la vie dans les bois. Par Louis Fabulet

La Revue des Resources, 23/09/2009

vendredi 25 septembre 2009

Louis Fabulet (1862-1933) fut le traducteur de Walden où la vie dans les bois" de Thoreau. il a aussi traduit Rudyard Kipling. Ce texte est extrait de La Revue de Paris, année 28, tome 2, 1er mars 1921.

"En octobre 1913 j’allai parler à André Gide d’un livre, écrit en langue anglaise, paru en Amérique vers 1854, alors récemment venu ma connaissance, livre qu’il me semblait expédient de faire lire à nos compatriotes. C’est plus tard, et même tout récemment, que j’ai appris qu’il s’agit du livre classique des Américains, du livre de classe de la jeunesse américaine, et qu’à lui comme aux autres ouvrages du même auteur nous devons aujourd’hui le goût de la vie au grand air, de la culture physique, du camping et de tout ce qui nous rapproche de la nature, de la vie naturelle.

Il est grave de prendre seul la responsabilité qui consiste à affirmer le premier à son pays la valeur d’une oeuvre étrangère. J’ai connu l’hésitation autour de moi, et parmi les esprits les plus avertis au regard de la littérature, à admirer les Livres de la Jungle aussi bien que l’oeuvre subséquent de Rudyard Kipling. J’ai, durant des années, emporté dans mon bagage au cours de mes déplacements une large photographie de la Création de l’Homme, de la Sixtine, pour la clouer partout à mon chevet dans le temps que je traduisais les Feuilles d’Herbe, et par là m’assurer que je ne m’abusais pas, que les deux hommes, Walt Whitman et Michel-Ange, étaient deux sommets d’égale altitude, ignorant alors que je serais devancé par Léon Bazalgette. Il s’agissait maintenant d’un second Américain, contemporain de Walt Whitman, animé comme lui du souffle de vérité qui semble avoir passé sur les États-Unis au moment où allait être résolue à jamais la question de l’esclavage nègre. Tous deux issus de Ralph Waldo Emerson, leur aîné d’une quinzaine d’années. Ce nouvel écrivain, dont je croyais devoir interpréter l’œuvre, était Henry-David Thoreau, et l’oeuvre avait pour titre : Walden, ou la Vie dans les Bois.

Lire la suite :

Voir en ligne : La Revue des Resources

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0