TONIOMIC.info
Accueil du site > Utopies qui se réalisent > Espéranto > DURAND Charles Xavier Durand, Une colonie ordinaire du XXe siècle. (...)

DURAND Charles Xavier Durand, Une colonie ordinaire du XXe siècle. Fernelmont

Eme Modulaires, Collection : Société, 2010, 274 p., 23 €

jeudi 29 avril 2010, par Antoine MICHELOT

Présentation par l’éditeur :

Depuis 1945, l’empire américain n’a cessé de croître et de consolider son influence. L’anglais et le dollar en sont les deux piliers principaux.

Comme avec toute autre structure impériale, l’expansion de l’empire, dont l’Europe continentale fait malheureusement partie, se traduit dans ses pays satellites par l’émergence d’un conformisme appauvrissant, de la puérilité, d’une police de la pensée, donc de l’autocensure, et d’un infléchissement notable de la créativité.

Si dans certaines parties du monde, l’empire s’impose par ses forces armées, en Europe, il se base sur la “colonisation mentale” des populations, c’est-à-dire par une véritable occupation des esprits entraînant ainsi des modifications profondes dans la pensée et le comportement. Charles Durand met en évidence ces phénomènes, les décortique et montre les relations qu’ils ont avec la diffusion de l’anglais, langue prétendument internationale dont le système officiel veut nous gaver, tout comme avec les produits “culturels” et idéologiques qu’elle sous-tend. Il braque le projecteur sur des sujets auxquels nous ne sommes pas censés nous intéresser et nous livre une démonstration implacable révélant notre transformation depuis une trentaine d’années.

Ce livre a pour but la prise de conscience de notre état de fait et de provoquer le nécessaire sursaut salutaire aboutissant in fine à notre affranchissement.

L’auteur

Charles Durand est ingénieur de formation et informaticien par profession. Il a vécu et travaillé plus de 25 ans à l’étranger. Il a été professeur d’université en informatique durant 20 ans et a travaillé également dans l’industrie et en consultation. En 2005, alors qu’il est directeur de l’Institut de la Francophonie pour l’informatique de Hanoï (IFI), il est brusquement et paradoxalement congédié par l’Agence universitaire de la Francophonie, pour avoir tenté d’interdire aux étudiants de l’IFI d’effectuer des stages en anglais dans les pays francophones du Nord.

Dans les quinze dernières années, il s’est intéressé aux possibilités de conditionnement social et à la manipulation des masses par le biais des modifications imposées à la langue, indépendamment de son évolution naturelle. Il s’intéresse actuellement à la “guerre de représentation” et plus généralement à la “guerre cognitive” et à l’utilisation de la langue comme levier stratégique de puissance. En 1996, au Quai d’Orsay, il reçut de Margie Sudre le grand prix international de la Francophonie Charles-Hélou pour un mémoire esquissant les réformes à mettre en œuvre par la Francophonie institutionnelle pour en améliorer l’efficacité mais ses recommandations ne furent jamais mises en application.

Commande en ligne (Verdamilio Butiko par Amazon.fr) :

Une Colonie Ordinaire du Xxe Siecle. Fernelmont.


Ce livre a suscité chez Robert Phillipson, ancien cadre du British Council, auteur de Linguistic imperialism (1992), English-only Europe ? Challenging language policy (2003), Linguistic imperialism continued (2009), le commentaire suivant :

« Le livre de Charles Durand est destiné à réveiller les universitaires, les intellectuels et les hommes politiques français. Il décrit comment les décisions gouvernant l’utilisation du langage ont joué un rôle central dans la colonisation des esprits européens par le projet d’empire américain. Il explique comment les valeurs culturelles et intellectuelles vitales ont été sacrifiées sur l’autel de la mondialisation. A partir d’une information très riche, il démontre pourquoi les questions liées à la langue et à son usage sont d’importance capitale. A l’instar du fameux « J’accuse… » de Zola, son livre devrait déclencher une réflexion majeure sur les politiques linguistiques, sur les questions d’identité et sur l’avenir de la langue française, plus particulièrement »

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0